Flamants roses de Camargue

Classé dans : Accueil | 0

Situé au Sud-Est de l’étang du Vaccarès, ce vaste ensemble naturel de plus de 6 500 ha est constitué de milieux naturels terrestres exploités pour l’élevage de taureaux et de chevaux de race Camargue ainsi que de milieux lagunaires et dunaires utilisés pour l’activité salicole des Salins jusqu’en 2009.

Compris dans la Camargue laguno-marine qui occupe le delta, depuis le littoral au Sud jusqu’à l’étang du Vaccarès au Nord, les avancées successives des lignes de rivage ont construit, sur ce site, de vastes ensembles de cordons dunaires qui ont peu à peu isolés une partie des étangs et des lagunes.

L’ensemble de ces différents massifs dunaires couvre plus de 300 ha, soit une superficie sans équivalent dans l’île de Camargue.

Mais, hormis sur les cordons dunaires, l’altitude du site est très souvent proche ou en dessous du niveau de la mer. Les vastes espaces dépourvus de végétation émergente, constitués de vasières, de lagunes ainsi que d’étangs saumâtres et hyper salés plus ou moins temporaires, couvrent plus de 80% du site.

La faune

Le site abrite, sur l’étang du Fangassier, l’unique station de nidification des Flamants roses en France : en moyenne 15 000 couples y nichent chaque année depuis 35 ans, suite à la création d’un îlot propice à leur nidification. Il accueille également d’autres populations nicheuses importantes de laro-limicoles (Sternes naines, Avocettes élégantes, Chevaliers gambettes etc.) et d’anatidés comme celle du Tadorne de Belon. Plusieurs couples de Fauvettes à lunette, passereaux en mauvais état de conservation, sont également présents dans les grandes sansouïres.

Les lagunes jouent également un rôle important pour les limicoles lors des migrations pré et post nuptiales.

La flore

Les dunes grises constituent un des enjeux de conservation majeurs et abritent un important cortège d’espèces végétales patrimoniales. Les anciens salins constituent, d’autre part, en Camargue, le seul site représentatif pour les bas-marais dunaires et l’un des sites les plus importants pour les steppes salées à Saladelles.

Un cortège remarquable de végétaux macrophytiques comprenant l’Althénie filiforme, la Ruppie maritime et Lamprothamnium papulosum, a été trouvé en 2010. Circonscrit à quelques mares temporaires saumâtres, il est en situation précaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *